Ile d'Aix, le joyau du pertuis d'Antioche

© D. Pacaud

Lorsque l’on parle de dépaysement, nul besoin

de partir nécessairement à l’autre bout du globe

pour se  retrouver coupé du monde actuel.

Vous avez envie d’un break ? De quelques heures,

d’une journée, d’une semaine ? L’île d’Aix vous attend : site naturel remarquable, affranchi du bruit

des voitures et dévoilant une diversité de paysages unique, vous y trouverez à l’envie le repos mérité

et les activités nécessaires à votre besoin d’évasion.

On vous emmène ?

Petit croissant de terre de 3 kilomètres de long sur 700 mètres de large, Aix constitue la plus petite commune du département de la Charente-Maritime avec ses 236 habitants à l’année. Un site que préservent farouchement ses insulaires si attachés à leur territoire. On peut le comprendre, l’île étant un véritable bijou naturel, patrimonial et culturel. Pourtant et c’est bien connu, la beauté a ses travers. Dès que les beaux jours arrivent, l’île d’Aix est assaillie de touristes en quête de soleil, de nature et de loisirs. Si les chiffres exacts sont difficiles à déterminer, on parle de plus de 150 000 visiteurs l’été.

© D. Pacaud

C’est ainsi que chaque jour, ils arrivent par centaines par bateau, pour profiter des richesses que leur offre cet environnement préservé et paisible. L’avantage de cette île est que l’on peut y passer une journée, une semaine ou des vacances, tant les activités sont nombreuses et tant le lieu prête à la détente et au farniente. Vous voulez décrocher ?

Premier signe du lâcher-prise, vous allez garer votre véhicule à la pointe de la Fumée à Fouras pour ne le retrouver qu’à l’issue de votre séjour. En effet, l’île d’Aix fait partie de ces îles où les véhicules motorisés ne circulent pas, afin de préserver le caractère naturel et authentique du territoire. La circulation automobile y est donc strictement limitée aux services communaux, à la collecte des déchets, pompiers, médecin. Voilà, c’est parti pour un moment de calme loin du tumulte des embouteillages et des coups de klaxon des touristes pressés.


Balades ou plongeon au coeur de la nature
Au terme d’une traversée d’une vingtaine de minutes au départ de la Fumée, vous êtes arrivés. Lorsque le bac accoste au rivage, le stress est déjà loin, vous respirez mieux ! C’est normal, la nature et la mer ont commencé leurs actions bénéfiques sur votre esprit et votre corps. C’est parti pour un moment de détente unique, en amoureux, en famille ou entre amis. On profite ! Et le programme est vaste ! Il y en aura pour tous les goûts, avec un menu chargé !

Pourquoi ne pas commencer par une plongée dans la nature avec une randonnée pédestre ou du vélo ? Le moyen le plus simple de découvrir les richesses de l’île d’Aix reste les promenades. Petits et grands y trouveront leur plaisir. Au détour des 15 kilomètres de sentiers existants, vous saurez apprécier la diversité de la faune et la flore environnantes, tout en profitant des paysages mêlant subtilement terre, mer et ciel. Comptez environ 3 heures pour en faire le tour à pied et notez que certaines parties ne sont réservées qu’à la circulation piétonne afin d’en préserver les richesses naturelles. Vous pourrez également dès votre arrivée sur les lieux louer facilement des vélos ou opter pour une promenade en calèche d’environ une heure.

Il y a du monde, mais ce bijou naturel regorge de petits coins de paradis où vous pourrez faire une halte pour profiter du soleil ou déguster votre pique-nique. Les amateurs de photographie se perdront dans l’immensité des sujets à capter au détour des chemins, des maisons de charme si typiques de l’île d’Aix et des non moins célèbres roses trémières. Sans compter sur les paysages maritimes et le fort Boyard que vous pourrez admirer sous diverses perspectives au fil de vos promenades.


En route vers la plage
L’avantage d’être sur une île, c’est d’être entouré d’eau ! Pour les amateurs de farniente, les lieux paradisiaques pour poser sa serviette, sortir pelles et seaux des petits, lunettes, maillots de bain et roman ne manquent pas ! Sans compter les criques, ce ne sont pas moins de sept plages qui vous attendent. Nous vous conseillons celle de l’anse de la Croix. Elle se situe au centre du village, au sud-ouest.

L’accès se fait par la rue du Sémaphore, puis il faut passer par la porte de l’Anse de la Croix. Le sable fin vous attend en contrebas.Une fois arrivés, vous ferez face à deux phares et serez protégés du vent. En effet, grâce sa situation, cet espace est encaissé entre les rochers. Il vous faudra toutefois être chanceux, car le lieu est petit et étroit. D’où son nom ? Cependant, l’avantage est qu’il s’agit de l’unique plage surveillée en juillet et août. Vous pourrez également y pratiquer la pêche à pied et... il y a des toilettes ! Et oui ça compte aussi !

© D. Pacaud

La Grande plage d’Aix s’étend sur plus d’un kilomètre sur la face ouest de ce territoire. La partie sud de cette plage est plus réservée à la baignade alors que la partie nord fera le bonheur des pêcheurs à pied (tout comme la plage de Betterie de Coudepont, située à l’est). L’accès se fait par un chemin piéton et une piste cyclable au sud et un chemin piéton au nord. Une fois arrivés, vous bénéficierez d’une belle perspective sur le fort Boyard.
Pour les amateurs de spots nature et de tranquillité, la plage de la Pointe du Parc est pour vous ! Minuscule crique située au nord-ouest de l’île, elle est accessible en vélo par le grand chemin. Calme et volupté garantis !
Enfin, La plage des Coquillages se situe à la sortie du village sur la partie est de l’île à proximité du Bois Joly sur la route départementale et se prolonge sur le chemin de Coudepont, le long des hameaux de Montrésor et des Ormeaux jusqu’à la pointe de Coudepont. Elle bénéficie notamment d’ombrage, ce qui n’est pas négligeable lorsqu’il fait chaud et que les petits doivent se protéger du soleil.

Quant à la Baby Plage et celle des Sables Jaunes, la baignade y est interdite pour des raisons de sécurité. Elles sont donc réservées à la bronzette. Voilà vous savez tout sur les plages aixoises, mais un dernier conseil. Sur toutes celles-ci, méfiez-vous des nombreux rochers recouverts d’huîtres et de coquillages, un accident est vite arrivé, optez donc pour des chaussures méduses avant de vous jeter à l’eau ou de partir à la pêche à la crevette.

Soif de culture : deux forts et trois musées à découvrir
Pour ceux qui n’aiment ni la plage... ni les balades... l’île d’Aix regorge également d’un patrimoine culturel riche. En effet, cette terre est chargée d’histoire. Ainsi ses nombreuses fortifications méritent un détour. En débarquant, vous pourrez admirer le fort de la Rade, situé à la pointe sud de l’île, dite de Sainte Catherine. Il a été construit en 1703. Il contrôlait l’accès à la rade d’Aix. En 1757, il est entièrement rasé par une attaque anglaise. En 1778, devant une nouvelle menace de la Royal navy, le Marquis de Montalembert construit dans l’urgence une nouvelle fortification. Sous le Premier Empire, le fort est entièrement repris, puis régulièrement modernisé. Aujourd’hui, le site abrite une résidence hôtelière, un camping et une école de voile. Il est en accès libre.
Le fort Liédot est quant à lui positionné au nord de l’île, au milieu de la forêt. C’est Napoléon Ier qui en ordonna la construction en 1808 sur le point culminant de cette terre, à destination défensive. Initiés en 1810, les travaux s’achèveront en 1834. Tour à tour lieu de détention pour des prisonniers militaires et politiques, dont Ahmed Ben Bella, premier président de la République d’Algérie, il est aujourd’hui la propriété du Conservatoire du Littoral et des rivages lacustres. Il se visite tous les jours en juillet et août, de 11 heures à 17 heures ; et le mercredi à 15 heures, d’avril à juin et en septembre.
D’ailleurs, saviez-vous que le fort Boyard, que l’on peut admirer des rivages suds d’Aix et qui ne se visite pas, est la propriété du conseil général de la Charente-Maritime ? Pourtant, il est rattaché administrativement au territoire de la commune de l’île-d’Aix.
Aix, c’est également trois musées, dont deux nationaux. Le musée Napoléonien est implanté dans la maison même où Napoléon demeura avant son départ définitif de la France en 1815. De nombreux souvenirs et objets de l’époque y ont été consignés par les époux Gourgaud (voir l’article « Par la volonté des époux Gourgaud », Edition 2013 de La Presqu’île, pages 32 à 34). Depuis 1933, le musée Africain abrite quant à lui les collections zoologiques et ethnographiques rassemblées au cours des expéditions africaines du baron Gourgaud de 1913 à 1931.
Enfin, pour ceux qui aiment coquillages et bijoux, le musée de la Nacre et son créateur Hervé Gallet vous attendent. Vous y découvrirez le travail délicat de la nacre (voir l’article « Ile d’Aix, la résistance du nacrier », Edition 2012 de La Presqu’île, page 10).


Envie de sport !
L’île est aussi l’endroit idéal pour griller des calories. En plus de la randonnée pédestre et à vélo, les accros à la dépense physique trouveront de quoi se divertir : baignade, pêche, activités nautiques, tennis... Le cercle nautique de l’île d’Aix, ouvert du 15 avril au 30 septembre, vous propose de nombreuses activités : stages de voile pour adultes et enfants (Optimist, Catamaran), sorties en mer, classes de mer, visites ostréicoles.
Vous pourrez enfin jouer les Jo-Wilfried Tsonga en juillet et août, en réservant les terrains de tennis et même en bénéficiant de cours particuliers.
Voici donc de quoi passer de bons moments sur l’Ile d’Aix. Alors que vous soyez un vacancier intello, bobo ou en maillot, n’hésitez plus, réservez votre séjour sur l’Aix-traordinaire petit croissant du littoral atlantique.

© D. Pacaud